Développement personnelNon classé

DEVENIR INTENTIONNEL

 

Petit test : remémorez-vous les bonnes résolutions que vous avez prises au début de cette année, tradition oblige… Combien de ces objectifs avez-vous atteint ? Et pour ceux qui n’ont pas été atteints combien ont été abandonnés quasiment immédiatement, voire même pas commencés du tout ?

Je vais vous mettre à l’aise avec une histoire qui m’est arrivée il y a une dizaine d’années. J’avais décidé de m’inscrire dans une salle de sport pour me remettre en forme. C’était un abonnement illimité, avec accès 365 jours par an de 6h à 23h dans toutes les salles de la franchise en France. Autant dire que je n’avais aucune excuse pour ne pas m’y rendre quel que soit mon emploi du temps. Savez-vous combien de fois j’y suis allé ? Seulement 2 … J’en avais pourtant envie au départ, sans quoi je n’aurais pas fait l’effort de faire la visite médicale et l’inscription. Mais je n’ai pas été intentionnel avec ce projet : je n’ai rien modifié à ma vie pour l’intégrer et lui permettre de réussir dans la durée. Et il y a pire : en plus de ne plus y aller du jour au lendemain je ne m’en suis plus jamais occupé et les paiements automatiques ont continué pendant 3 ans… Mes 2 entraînements m’ont en réalité coûté 1500 € !

Le fait de ne pas avoir été intentionnel avec cet objectif a eu pour effet :

  • d’avoir abandonné rapidement
  • une frustration de ne pas avoir pu bénéficier des bienfaits recherchés
  • une perte d’argent non négligeable

Tout cela aurait pu être facilement évité en organisant ma vie pour intégrer cette nouvelle priorité. C’est bon ? Vous vous sentez réconforté dans l’idée que vous n’êtes pas seul à vivre des choses absurdes comme celle-là ?

Le manque d’intentionnalité dans nos vies est à l’origine de nombreuses frustrations, d’abandons à la chaîne et de rêves non atteints.

C’est maintenant que vous vous dites “Jonathan, c’est quoi concrètement l’intentionnalité ?” Je comprends votre impatience ! En revanche je ne vais pas en parler sur un plan philosophique, tel que défini par Edmond Husserl, mais sur un plan purement pragmatique. Le CNRTL définit l’intentionnalité de la façon suivante : « l’intentionnalité est une action ou une démarche qui est visée et voulue par son auteur, avec intention dans un dessein déterminé. »

Il s’agit donc de vouloir faire quelque chose et de construire volontairement autour de cet objectif pour l’atteindre. Cette construction se passe en 4 étapes.

 

ETAPE 1 : PRIORISER

Le choix de vos priorités est primordial. Elles vont évoluer au fil des saisons de votre vie, certaines vont porter sur du long terme et d’autres sur du très court terme. Mais au final c’est quoi une priorité ? La définition du dictionnaire est des plus limpides : il s’agit d’une chose qui passe avant les autres. A partir de là chacun va y voir une interprétation différente et c’est normal : nous n’avons pas les mêmes histoires de vie. Ce qui va être prioritaire pour moi ne va pas forcément l’être pour vous et vice versa.

Alors comment définir les deux ou trois priorités de votre saison de vie actuelle ? Il faudrait un article complet voire même un livre juste pour répondre à cette question. Je vais quand même vous donner une astuce : une priorité part souvent d’une envie. Mais si vous voulez qu’elle passe l’épreuve de la durée il faut qu’elle réponde à VOS besoins. Des priorités définies en fonction des besoins des autres ont de fortes chances d’être abandonnées en cours de route. En revanche elle peut concerner plusieurs personnes, comme dans un couple par exemple, à partir du moment où toutes les parties sont impliquées personnellement. Il n’y a pas de petite ou grosse priorité, il y a vos priorités et ne laissez personne vous dire que ça n’est pas important si ça l’est pour vous.

Il est quand même essentiel de choisir des priorités atteignables ou alors représentant un challenge possible même si il n’est techniquement pas réalisable dans l’immédiat. Avoir seulement des priorités utopistes ne va provoquer que frustrations et remise en cause de vos compétences, de votre estime de vous-même, etc… Je peux par exemple tout à fait avoir pour objectif de courir un jour le marathon de Paris, pour autant je sais pertinemment qu’à ce jour ça n’est pas possible. Cependant je sais aussi que les étapes intermédiaires pour y arriver vont me coûter mais sont réalisables, les unes après les autres, jusqu’à me retrouver un jour à passer la ligne d’arrivée fier d’avoir terminé mon premier marathon dans les rue de notre capitale !

Pour débuter, commencez par un objectif prioritaire simple et atteignable. Comme un exercice pour comprendre le fonctionnement de l’intentionnalité et vous apercevoir que vous en êtes capable.

 

ETAPE 2 : RÉORGANISER

Maintenant que votre priorité est définie, il est temps de passer de l’idée au concret. Comment cette priorité va-t-elle s’inscrire dans votre organisation de vie ?

Plutôt que d’envisager votre objectif prioritaire comme une seule et unique chose : découpez-le en tâches à réaliser. Si c’est un gros objectif sur le long terme vous pouvez même le découper en sous-objectifs puis en tâches. Par exemple si vous souhaitez changer de travail l’objectif est bien d’avoir un nouvel emploi. Mais il y a des étapes intermédiaires comme : faire le bilan de vos compétences, faire des recherches sur des formations possibles, se renseigner sur les possibilités de ruptures de contrat, les opportunités, etc… Au premier abord, avec cette technique, il va vous sembler avoir beaucoup plus de travail en voyant la liste des tâches à effectuer. En fait il y a strictement la même quantité de travail, vous avez juste pris le temps de détailler c’est tout.

Ce découpage a deux énormes avantages :

  • des tâches plus petites sont beaucoup plus faciles à intégrer dans une organisation de vie
  • vous voyez concrètement l’avancement de votre objectif à chaque nouvelle tâche réalisée

Le manque de clarté est un frein à l’attente des objectifs et cette segmentation permet de lever ce frein.

L’étape du découpage par tâche effectuée, analysez les domaines de votre vie pour savoir lesquels sont à mettre en ordre de bataille afin de les réaliser. Voici quelques exemples de domaines pour vous aider :

  • votre planning : y intégrer le temps suffisant à l’accomplissement de telle ou telle tâche
  • votre budget : impossible de partir en vacances dans tel pays si votre budget n’a pas été repensé en conséquence au bon moment pour avoir les finances suffisantes
  • vos compétences : il faut peut-être envisager une formation pour atteindre l’objectif défini

Cette liste est loin d’être exhaustive, elle va aussi varier en fonction de vos priorités.

Faisons le point : vous avez défini votre priorité, découpé votre objectif en tâches et vous savez ce que la réalisation de ces tâches implique comme changement dans votre organisation personnelle.  Il est temps de passer à l’action, à vous de jouer !

 

ETAPE 3 : AJUSTER / RECADRER

Aucun projet, aucune idée, aucun objectif n’est parfait dès le départ. C’est tout à fait normal : entre ce que nous pensons idéalement et les contraintes de la réalité il y a des différences qui nécessitent des réajustements. Il n’y a pas de honte ni de frustration à avoir on y passe tous, même les meilleurs. Vous ne rencontrerez jamais une personne qui a atteint son objectif sans avoir dû faire des recadrages, mêmes minimes, en cours de route.

L’important est d’avoir la lucidité de reconnaître que nous nous sommes trompés sur tel ou tel point. Ainsi nous pouvons agir et corriger le tir en cours de route plutôt que de s’entêter au risque d’avoir des conséquences désastreuses. Si mon objectif empiète trop sur ma vie de famille au point que mon(ma) conjoint(e) ou mes enfants se plaignent de mon absence, il faut pouvoir l’entendre réellement et savoir se repositionner.

L’exemple que je viens de donner avec la famille délaissée est symptomatique des gens qui ne se posent pas régulièrement pour jauger l’impact de l’atteinte de leurs objectifs autour d’eux. Beaucoup de personnes se retrouvent coupées de leurs amis d’abord puis de leur famille pour se retrouver totalement isolées. La passion l’emportant parfois sur la raison. Pour y pallier et limiter les dérives la solution est de trouver un vis-à-vis sur les priorités avec un enjeu important. Une personne qui va pouvoir se permettre non seulement de vous questionner sur le projet lui-même, mais aussi sur des points plus personnels pour vous amener à réfléchir sur l’équilibre organisationnel et relationnel de votre vie.

Le choix d’un vis-à-vis n’est pas une question anodine et ne doit pas être pris à la légère. Je vous déconseille fortement de prendre quelqu’un de votre famille. Ça peut être un ami mais là aussi il faut être prudent car il doit être en mesure de vous parler le plus objectivement possible, et aussi d’aller sur des sujets sensibles sans que votre relation d’amitié ne vienne biaiser la réflexion.

Les coachs professionnels sont en capacité de faire ça. C’est ce que je fais avec les personnes que je coache. En revanche si vous envisagez de faire appel à un coach prenez le temps d’un entretien préalable (non payant) pour comprendre la façon de faire du coach que vous envisagez, son éthique, sa déontologie,… pour savoir où vous mettez les pieds. Il faut que vous soyez à l’aise avec cette personne pour qu’une relation de confiance puisse s’instaurer entre vous.

Les recadrages et réajustements peuvent survenir plusieurs fois tout au long du projet. L’essentiel étant qu’ils soient faits à temps et jamais sur une pulsion mais basés sur une réflexion posée.

 

ETAPE 4 : PERSEVERER

Pas de secret, tout est dans le titre de cette étape. Il n’y a pas besoin d’épiloguer dessus plus longtemps. Une étude de l’University College de Londres a démontré qu’il faut en moyenne 12 semaines pour acquérir une nouvelle habitude de vie (période variant sensiblement selon les personnes et les circonstances).

Alors maintenez le cap, allez-y étape après étape, tâche après tâche, et continuez de rendre compte à votre vis-à-vis de vos progrès pour vous encourager à continuer sur la bonne voie !

 

ET CONCRÈTEMENT CA DONNE QUOI ?

Il y a un peu plus d’un an j’avais pris la décision d’aller à Las Vegas pour une formation de 3 semaines. Et oui il n’y a pas que les casinos et les parcs natures d’une beauté extraordinaire dans cette ville en plein désert. Au moment où j’ai pris la décision d’en faire une priorité je n’étais pas en capacité d’y aller techniquement ni financièrement. Je n’avais jamais fait d’aussi grand voyage, j’en veux pour preuve que je n’avais toujours pas de passeport, et cette aventure m’effrayais un peu par moment quand j’y pensais.

J’ai donc procédé par étapes :

  • j’ai fait de cet objectif une priorité
  • j’ai découpé en tâches : calcul du budget, obligations administratives, compétence en anglais,…
  • je me suis mis en route : j’ai modifié mon budget mensuel pour intégrer ce projet ; j’ai fait ma demande de passeport ; j’ai fait ma demande ESTA ; même si la formation était en grande partie en français j’ai vérifié mon niveau d’anglais en regardant des vidéos en anglais sur youtube ; j’ai parlé de ce projet autour de moi pour m’obliger à y aller et rendre des comptes de l’avancement ; …
  • j’y suis finalement allé et ça a été une expérience incroyable… Il me tarde d’ailleurs d’y retourner !

On oppose souvent le fait d’organiser sa vie à la spontanéité. C’est totalement faux ! Si je n’avais pas planifié ma vie en conséquence je ne serais jamais parti, encore un projet avorté parmi tant d’autres. D’avoir parlé de mon projet autour de moi, les personnes ont pu juger de son avancement et certaines se sont mêmes impliqués avec moi en me proposant du travail supplémentaire, en m’aidant à faire le bon choix de réservation de vols et tant d’autres choses. Mon intentionnalité à provoqué des opportunités incroyables !

Une opportunité se saisit, mais un rêve se construit.

Réalisez vos rêves les plus fous : devenez intentionnel !

5 réflexions au sujet de « DEVENIR INTENTIONNEL »

  1. Devenir intentionnel…vraiment intéressant comme sujet.
    Encore une fois je ne peux que souligner la qualité de ton article. Tu as su mettre en évidence cette évidence de l’intentionnalité pour faire de nos rêves une réalité. Et bien souvent, nous pouvons passer à côté de cette évidence pour différentes raisons.
    Ce que j’apprécie dans ton article c’est que tu ne te contentes pas d’une approche définitionnelle basique de l’intentionnalité. En effet, tous les éléments pratiques et concrêts que tu apportes sont autant d’éléments qui nous permettent de ne pas passer à côté de l’évidence de cette intentionnalité.
    Merci…

    1. Merci pour ton retour, en effet je ne suis pas très prolifique en articles pour le moment mais quand je décide d’en rédiger un je m’attache à ce que ça ne soit pas seulement conceptuel mais applicable tant par les outils et astuces dont je parle. Et si en plus je peux illustrer mes propos avec mon vécu je me dis que ça parle parfois plus pour certains.

  2. Je suis épatée par la qualité et la richesse de ton article. Je comprends ton acharnement à vouloir me voir me mettre en mouvement maintenant! Je pense qu’on a tous tendance à attendre que les choses se mettent en place toutes seules, que tout nous tombe tout cuit dans les mains… Et pourtant, tout dépend de nous et de notre volonté à nous mettre en action.
    Mais tu vois en lisant ton titre, je pensais que tu allais parler du fait de devenir intentionnel aussi dans nos paroles et actions, dans nos relations, dans nos attitudes et pas seulement dans des projets. Bien que tes conseils peuvent aussi être transposés dans d’autres domaines!
    Merci

    1. Merci pour tes observations. Comme tu l’as fait remarquer être intentionnel peut s’appliquer aussi à d’autres domaines que celui des projets. Il faut parfois faire des choix pour rester pertinent et éviter de se perdre dans des généralités…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *